Mes jeux vidéo d’Août

Entre grosses chaleurs et week-ends sorties, j’ai peu joué en août, découvrez ce qui a rythmé mes journées pendant que vous étiez à la plage 😉

Shadow of the Tomb Raider

Joué sur : Playstation 4 – Temps de jeu : ~1H30
Développeur : Eidos Montréal / Crystal Dynamics / Nixxes – Éditeur : Square Enix – Sortie : Septembre 2018


pochette du jeu Shadow of tje tomb raider sur playstation 4

Après un gros ragequit en juillet, j’ai essayé de reprendre Shadow le 1er Août et de passer ce fameux passage qui me rendait folle. Rien de compliqué pourtant, même en difficulté max, juste que j’étais (très) peu motivée par cette phase du jeu. J’ai réussi après plusieurs essais et j’ai continué jusqu’à arriver à l’une des meilleures phases du jeu… Et j’ai laissé la partie depuis. J’ai perdu l’envie.

Je suis une grande fan de la licence Tomb Raider, mais c’est très rare qu’un opus m’aie déçue et fatiguée à ce point. Je continue à lui reconnaître des qualités, mais il n’arrive pas à m’accrocher sur ce second run. Je commence à douter de le terminer d’ici la fin de l’année et je ne parle même pas du platine qui me semble très loin… Sachant que je ne l’ai même pas fini sur mon premier run (98% + 4 DLC à faire)


GRIS

Terminé sur : Switch – Temps de jeu total : ~ 8 heures
Développeur :
Nomada Studio – Éditeur : Devolver Digital – Sortie : Décembre 2018

Un autre de mes coups de coeur de l’année, je m’y suis intéressée tardivement mais j’en suis tombée de suite amoureuse et je n’ai pas tardé à l’acheter, en plus pour moins de 20€, ça aurait été dommage d’attendre !
Ce jeu m’a tellement subjugué que je n’ai pas tardé à écrire une review sur le blog que vous pouvez lire par ici.

GRIS a été une petite bouffée d’oxygène, je l’ai accueilli les bras grands ouverts puisque, entre Shadow of the Tomb Raider qui me décevait et Heavy Rain qui a un rythme assez lent, il me fallait une expérience de jeu plus divertissante !
Pourtant, son thème très triste n’est pas l’idéal pour sourire, c’est sa direction artistique, ses énigmes sympathiques et sa musique qui ont fait tout le boulot. Une merveille !

Je recommande GRIS, même s’il offre que quelques heures de jeu, pour son petit prix, l’expérience vaut la peine de s’y attarder.


Heavy Rain

Terminé sur : Playstation 4 – Temps de jeu total : ~ 10 heures
Développeur : Quantic Dream – Éditeur : Sony Interactive Entertainment Europe – Sortie : Février 2010

Commencé en juillet et mis en pause principalement à cause de son rythme lent qui a failli me faire décrocher. J’ai repris rapidement la partie, trop curieuse de connaître le tueur aux origamis… Et je n’ai pas été déçue ! Quelle fin !! Quel twist final !!
J’ai obtenu dès le premier essai la plupart des meilleure fins maiiiis, j’avoue avoir un peu « triché » pour éviter de perdre un personnage à un moment, mais simplement parce que le jeu était mal foutu ! 😉

En fait, le principal problème d’Heavy Rain, en dehors de ses longueurs, c’est sa maniabilité et sa cohérence action/indication. A plusieurs reprises l’action réalisée n’était pas celle escomptée, je me suis trompée en croyant fermement faire le bon choix vu les indications données.
Sans doute une erreur de traduction ou aussi un soucis d’interprétation selon la personne qui joue, quand c’est pas couplé à une limite du jeu et c’est très embêtant quand on est obligé de faire les actions et dans l’ordre que le jeu souhaite, sinon c’est perdu.
Je vous explique ce que j’ai vécu lors d’une des épreuves du jeu : je savais que j’allais être blessé, j’ai préparé une table en y posant de l’alcool, du métal et j’ai préparé le feu de la gazinière. Le but ? Cautériser la plaie au plus vite…. Pourtant, mon personnage n’a pas (du tout) fait comme je le pensais alors que tout était à sa disposition ! Le jeu exigeait un certain parcours, une certaine logique que ma propre logique n’a pas envisagé.

Cependant, j’étais très enchantée de cette partie, j’ai recommencé 3 fois à partir de certains chapitres en changeant des actions pour tenter d’obtenir des fins différentes. Ca m’a donné des résultats plus ou moins étonnants et même inattendus. Mais il faudrait que je recommence le jeu depuis le début pour obtenir des trophées manqués et obtenir les autres fins alternatives.

Je recommande Heavy Rain, d’autant plus qu’il est désormais disponible sur PC en plus de la Playstation 3 et la Playstation 4.
C’est un jeu d’enquête sympa, son gros point fort étant un scénario vraiment bon, même s’il a quelques raccourcis et avec un plot twist incroyable. Ses défauts ne sont pas si bloquants, même si frustrants, d’autant plus qu’on peut rejouer les chapitres si jamais l’expérience n’a pas été concluante.

Acheter ce jeu sur Amazon


Pokémon Let’s Go Evoli

Joué sur : Switch- Temps de jeu total : ~10H
Développeur : Game Freak – Editeur : Nintendo – Sortie : Novembre 2018

Lui aussi commencé en Juillet, c’est mon jeu « background » préféré quand je suis en déplacement.
Je prends beaucoup de plaisir à me replonger dans ce remake des Pokémon originaux et revoir ma stratégie en prenant des risques avec une équipe Pokémon différente de celle que je créée habituellement.
Je suis arrivée à Lavanville et j’ai commencé l’ascension de la tour Pokémon. J’ai encore pas mal d’heures devant moi avant d’arriver à la Ligue.

Pour l’instant, je reproche au jeu d’être plus simple que Rouge/Bleu/Jaune. Le multiexp y est pour beaucoup, on reçoit pas mal de bonbons XP… Sans oublier le starter qui est pas mal cheaté… Et comme il y a finalement que très peu de nouveautés mais pas mal de retraits, …
J’ai l’impression de rouler sur le jeu… Il s’agit pourtant d’un 2ème remake (3ème si on compte Rouge-Feu et Vert-Feuille !), c’est décevant… Mais Nintendo a de la chance : la nostalgie fait le reste !

Acheter ce jeu sur Amazon


This War of Mine

Terminé sur : Steam – Temps de jeu total : ~27H
Développeur : 11 bit studios – Sortie : Novembre 2014

Un de mes coups de coeur de l’année, This War of Mine m’a complétement happé dans son univers pourtant pas très joyeux.
Le but du jeu ? Faire survivre le plus longtemps possible des personnes venus d’horizons différents qui ont trouvé refuge dans une maison d’une ville imaginaire lourdement touchée par la guerre.
Vos quotidiens se dérouleront entre trouver les ressources à différents endroits de la ville plus ou moins sécurisés tout en montant la garde au refuge contre les voleurs durant la même nuit, fabriquer, bricoler et cuisiner le jour, sans oublier de bien se nourrir, se soigner, rester au chaud et rester positif tandis que l’horreur de la guerre est à votre porte.

Ca a l’air simple dit comme ça, d’ailleurs une fois que les mécaniques du gameplay sont assimilées, il est assez simple de survivre plus ou moins en bonne santé… Là où le jeu devient intéressant, c’est comment VOUS jouez. Car vous ferez très certainement des erreurs ou aurez mal anticipé tel ou tel événement et c’est ça qui viendra donner du fil à retordre à vos survivants et mettront à mal vos nerfs.
A cela s’ajoute une direction artistique très jolie et originale : le graphisme est crayonné avec très peu de couleur et une BO mélancolique et inquiétante donne au titre une certaine saveur à vous rendre triste vous aussi.
Le jeu souffre d’un gameplay répétitif : fabriquer/collecter/troquer et on recommence, pourtant j’ai adoré vivre la guerre aux côtés de mes protégés et multiplier les aventures et prises de risques en espérant que la guerre se termine rapidement.
C’était stressant, inquiétant, triste… et pourtant, quel soulagement quand l’appel du cessez le feu arrive enfin !

J’ai fait 3 parties. Les 3 se sont terminées entre 30 et 45 jours de guerre. 2 des 3 équipes ont pu s’en sortir vivantes, la dernière a eue moins de chance : cette équipe a péri à cause d’une seule erreur : j’ai trop prit confiance en m’aventurant sans précautions dans une zone où j’aurais dû plus attentive. A partir de ce premier mort, la situation m’a échappée et malgré tous mes efforts, je n’ai rien pu faire pour remonter le moral des troupes : 1 mort par balle, 1 morte de maladie et blessures, 1 s’est enfui et la dernière, dépressive et seule, a préféré se suicider… Alors que le cessez le feu devait arriver d’un jour à l’autre… Une situation crève-coeur incroyable.

Je recommande This War of Mine, c’est un bon jeu qui vous fera passer quelques heures de réflexion dans une ambiance bien réussie.

Acheter ce jeu sur Amazon


Shelter

Joué sur : Steam – Temps de jeu : ~25mins
Développeur / Editeur : Might and Delight – Sortie : Août 2013

Et encore un jeu de ma Todo 2019 que j’ai pu lancer !
Shelter est un jeu acheté sur Steam en 2015 directement après avoir vu une vidéo de Shelter 2, j’étais tombée sous le charme… Et je les ai oublié tous les deux ! *honte*

J’ai tout de suite aimé la direction artistique si particulière, comment l’expliquer… C’est un peu comme un patchwork d’étoffes de tissu colorés. C’est particulier et si joli et doux à la fois….
La DA donc, et le style du jeu un peu survivaliste : survivre dans la nature hostile tout en subvenant aux besoins de sa progéniture qui nous suis partout… Mais gare aux prédateurs et dangers naturels…

J’ai l’impression que ce premier opus se boucle assez rapidement, je suis au second monde (sur 5 !) avec ma portée au complet (enfin… Je crois ?! Quelle mauvaise mère je suis ! XD), on verra combien de temps la famille de blaireau va survivre avec moi 🙂

Acheter Shelter sur Steam


Islanders

Joué sur : Steam – Temps de jeu : ~30mins
Développeur / Editeur : GrizzlyGames – Sortie : Avril 2019

Un jeu découvert grâce au Joueur du Grenier qui m’a de suite tapé dans l’oeil;

But du jeu : installer des infrastructures humaines ou naturelles sur des îles de capacité plus ou moins importantes et atteindre un score défini.
Il faudra faire attention à ne pas chevaucher les différents éléments au risque de perdre des points et de ne pas pouvoir passer sur l’île suivante.
Le petit + du jeu, c’est qu’aucune île ne se ressemble et les éléments sont proposés aléatoirement. Impossible de refaire la même île à l’identique.

Bref, un citybuilder, mais là où c’est plus original, c’est qu’il apporte un aspect stratégique ET minimaliste, peut-importe que votre île soit jolie et pas besoin d’y passer des heures, vous devez optimiser l’espace au maximum !
Typiquement le genre de jeu illimité qui se positionne sur des petites sessions pendant un week-end pluvieux 🙂

Acheter Islanders sur Steam


Kingdom Heart 3

Joué sur : Playstation 4 – Temps de jeu : ~2H
Développeur / Editeur : Square Enix – Sortie : Janvier 2019

Aaah Kingdom Heart ! Une licence connue grâce à une amie d’enfance qui m’a prêté de force son jeu en 2003 en me disant que j’allais adorer. Je me souviens que les premières minutes du didacticiels m’ont fort gonflé haha… Mais elle a bien raison car je l’ai dévoré, comme le second opus en 2005. J’ai bien tenté 1 ou 2 épisodes sur Nintendo DS mais ils n’avaient pas l’aura des opus « de salon » alors j’ai attendu le 3ème opus… Et j’ai attendu longtemps !

Il a fallu 14 ans pour que je perde la hype car en testant ce 3ème opus lors de la Japan Expo 2018, j’étais plus du tout impatiente d’y jouer même si les mécaniques du jeu m’éblouissaient toujours. Pourtant, lors de sa sortie je n’ai pas cédé à l’envie et je l’ai laissé de côté, préférant largement Assassin’s Creed Origins… Et avec du recul, j’ai bien fait !

J’ai commencé à jouer KH3 durant les derniers jours d’août… Ou plutôt, j’ai regardé les cinématiques récap (à voir absolument en plus de lire les récaps des fans) et les cinématiques de début du jeu que vraiment jouer… J’avais oublié que la licence adorait les interminables cinématiques bien lourdes et dont on ne comprends pas toujours tout … Mais j’ai depuis un peu avancé dans l’aventure (environ 10H) et je vais livrer un peu plus d’impressions…

Ben je suis déçue, en fait. Je sais pas si j’ai trop vieillie pour le jeu mais le ton enfantin habituel de la série me semble vraiment niais ici et me gonfle régulièrement, tellement que je me force à ne pas zapper les cinématiques pour (essayer de) comprendre l’histoire. Aussi, j’ai lancé la difficulté moyenne et je trouve le jeu assez facile et pourtant j’y vais en mode bourrin : sans potion dans le sac, sans magie, sans réflexion, je fonce dans le tas ! J’ai même remarqué après coup que je suis allée au monde de Raiponce avant celui de Toy Story, ce dernier étant plus simple que le premier, haha.
Je suis morte 3 fois mais j’ai réussi dans les mêmes circonstances à la seconde fois… J’en avais un peu bavé pourtant dans les précédents opus en étant bien préparée !

Autrement, le jeu est vraiment joli sur ma PS4 classique, les animations sont sympathiques, les effets pyrotechniques franchement beaux, du côté graphismes, j’ai rien à redire. Mais ça devient vite n’importe quoi quand il y a trop d’ennemis et de sorts magiques à l’écran, on ne voit vite plus rien et la caméra n’aide pas du tout à s’y retrouver.

Bref, je continue mon run mais sans joie pour l’instant, seule la curiosité de visiter les mondes Disney fait en sorte que je continue. J’espère trouver ce petit quelque chose qui m’avait tant plu dans les précédents opus. Peut-être dans les mondes plus difficiles !

Acheter Kingdom Hearts IIII sur Amazon


C’était mes jeux vidéo d’Août !
Et vous qu’avez-vous joué cet été ?

Reylia

Reylia c'est une fille qui mène une double vie. On la croise dans la rue, on dirait pas qu'elle a une pièce des plaisirs virtuels chez elle. On dirait pas non plus qu'elle joue aux jeux vidéo, qu'elle admire des cosplayers ou qu'elle lit des comics... Le week-end, il parait qu'elle met des t-shirts geek et se prend pour Lara Croft. Mais chut, j'vous ai rien dit !