Categories Gaming

Challenge 10 jours de jeux vidéo : Spyro le dragon

Spyro The dragon 1998

Ca doit paraitre bizarre de lire ça, mais oui, le petit dragon tout mignon m’a bel et bien marqué !

Spyro the dragon – Sony Playstation – 1998

J’ai rencontré Spyro via les magazines de jeu vidéo en 1998, je trouvais les décors jolis, le concept d’être un dragon et de sauver les autres dragons me plaisait… C’était léger et frais, bref je le voulais lui aussi !

Si vous avez lu mon 2ème jour du challenge 10 jeux vidéo, l’histoire se rejoint ici. J’ai obtenu la Playstation à ce Noël 1998 et… Bien, disons que toutes mes économies sont parties dans les trois premiers Tomb Raider ! x)
Du coup, Spyro a été « un peu » mis de côté jusqu’à la fin de l’hiver, un copain de classe a obtenu une démo du petit dragon et me l’a prêté … Je ne me souviens plus exactement du temps exact qu’il m’a fallu entre la fin de cette démo et l’achat au Micromania du coin… Mais ça doit certainement se compter en jours ! x)

Et pourtant, ça aurait pu se dérouler autrement !
Au même moment en 1999, Crash Bandicoot 3 me faisait autant de l’oeil et j’ai eu la démo en même temps. J’ai aussi suivi la licence de près, vu son lien particulier avec le petit dragon, mais le charme de Spyro a beaucoup plus opéré à chaque fois.

J’ai passé beaucoup de temps sur le premier opus, tout particulièrement sur le niveau bonus « Vol de jour » du monde des artisans. Le seul niveau assez grand, beau et agréable où on peut faire voler Spyro autant de temps qu’on le souhaite ! C’était plus drôle que jouer à la Barbie ! X-)

Mais si j’ai passé énormément de temps sur le premier opus et que je l’ai adoré, je n’ai pas été très assidue à la série. J’ai loupé le second opus par manque de moyens financiers (et j’ai ensuite oublié de l’acheter haha !), j’ai occulté la totalité des jeux sortis sur Game Boy Advance et ceux sur téléphone mobile et j’ai zappé 2 opus quand la série partait de développeurs en développeurs et perdait peu à peu l’aura qu’elle avait à ses débuts.
Je dois certainement être une des rares qui n’a pas apprécié l’arrivée de personnages jouables comme Chasseur ou Sergent Byrd…

Une pause avant une bonne reprise

Ce n’est qu’en 2009 que je me ré-intéresse à la série en tombant par hasard sur le test du dernier sorti, issu du reboot : La Légende de Spyro : Naissance d’un dragon. Les notes étaient moyennes mais un point en particulier a retenu mon entière attention : Spyro peut ENFIN voler à tout moment !
Le jeu est arrivé chez moi dans la semaine de cette lecture et je l’ai DÉ-VO-RÉ.
Malgré ses défauts, j’ai adoré cet opus et même apprécié l’ajout de Cynder en personnage jouable. J’ai du coup rattrapé mon retard en achetant les 2 volets précédents mais je ne les ai jamais terminés.
Cette trilogie était très sombre et la voix de Sparx plus qu’horripilante, la hype était moindre.

A la sortie de Spyro’s adventures : Skylanders en 2011, je m’y suis intéressée mais j’ai vite compris que mon petit dragon n’était qu’un faire valoir… Et puis, qu’est-ce qu’il est laid ! Je suis complétement passée à côté de ce titre.
Toutefois, j’ai regardé les 2 premiers épisodes du dessin animé sur Netflix, par acquit de conscience, et ça a confirmé mes craintes : ce n’était définitivement pas le Spyro de mon enfance, tant sur le chara design que sur son horrible personnalité.
Aucun regrets.
Ah si, le regret que l’éditeur puisse montrer un Spyro aussi bête et égocentrique aux jeunes générations !

Le retour de Spyro en 2018

Du coup, si vous suivez l’actualité Spyro, vous imaginez fort bien à quel point je suis heureuse de retrouver mon petit dragon cette année dans les 3 premiers opus remastérisés. J’ai hâte de tout redécouvrir, particulièrement le premier évidemment qui reste mon préféré.
Le graphisme a l’air excellent, le respect de la série originale est bien présent… Et pour une trentaine d’euros, je serais stupide de passer à côté ! 

J’espère que le succès sera au rendez-vous et qu’il conduira à travailler de nouveau sur ce personnage en lui offrant de nouveaux jeux à l’avenir.
La sortie a été repoussée vers la fin de l’année, soit 20 ans plus tard presque jour pour jour. Cette fois, Spyro n’attendra pas quelques mois avant d’être choyé chez moi, ce sera Day One 😉

About the author

Reylia c'est une fille qui mène une double vie. On la croise dans la rue, on dirait pas qu'elle a une pièce des plaisirs virtuels chez elle. On dirait pas non plus qu'elle joue aux jeux vidéo, qu'elle admire des cosplayers ou qu'elle lit des comics... Le week-end, il parait qu'elle met des t-shirts geek et se prend pour Lara Croft. Mais chut, j'vous ai rien dit !

Et vous ? Quel est votre avis ?